Témoignage - Haut potentiel -  Autisme - Asperger

N, 14 ans - Programme "Graine de Génie",  pour "participer pleinement à la vie"

 

Pour N je la trouve toujours mieux quand elle fait un stage avec toi, elle progresse à chaque fois, pour moi de façon très claire.

Ici, elle a été faire du vélo hier alors que depuis quelques temps elle ne faisait plus rien. Pour moi c'est un progrès énorme.

Concernant l'école elle n'a rien dit de très concret, elle a effleuré le fait que le cours d'anglais n'était peut être pas le bon cours mais elle ne veut pas y retourner pour l'instant.  Je vais laisser évoluer comme cela pour l'instant.

Je te propose qu'on continue ce qui était prévu, que l'on maintienne les dates de fin avril et bien évidemment  qu'il faudra que l'on ajoute d'autres dates pour la dyslexie auxquelles je tiens beaucoup car je suis sure que cela va aider N pour l'école quelle qu'elle soit, Lycée, école à la maison ...

Je suis contente et rassurée de voir que nous collaborons ensemble, je t'apprécie beaucoup et honnêtement le nombre de personne en qui je peux avoir confiance pour N n'est pas énorme et c'est rétrécie. Ce n'est pas le nombre qui est important mais la qualité.

Je me rends bien compte que peu de personne sont non seulement formées mais aguerries aussi pour ce type de problème, même si nous avons conscience que cela va être un problème de l'avenir très important.

 

Voilà pour les dernières nouvelles, on se tient informé

C (maman de N)

 

M, 42 ans - Programme "Graine de Génie",  pour "participer pleinement à la vie"

 

Bonjour Betty,

Je reviens vers toi pour te donner de mes nouvelles...Te rappelles-tu, Betty, la première fois que nous nous sommes rencontrées? J’étais dans un état d’anxiété épouvantable, mes pensées se succédaient les unes après les autres. En d’autres termes, j’étais constamment envahie par des peurs et des pensées négatives, je me sentais impuissante face à la vie et ses défis. Par ailleurs, il m’était impossible de suivre une quelconque conversation, car j’étais très souvent absente en raison de l’emprise de mon imaginaire sur moi. De même que la notion de temps me stressait énormément. En effet, je n’avais jamais assez de temps pour réaliser quoi que ce soit au point que j’abandonnais tout ce dont j’entreprenais ou encore je remettais sans cesse à plus tard. Ce qui avait pour conséquence que je ne savais jamais quelle direction prendre dans ma vie, car toutes se valaient ; j’étais le pantin de mes émotions et de mes pensées.

Mon Dieu ! J’étais vraiment dans un très mauvais état. Te souviens-tu, Betty ?

Ainsi, Betty, tu m’as proposé de faire la méthode Davis en commençant par les concepts avant de s’occuper de ma dyslexie. Je dois t’avouer, qu’au début, j’avais énormément de doutes sur l’efficacité de la méthode Davis. Je me disais : "En quoi le modelage va m’aider ?".  Mais c’est petit à petit et de manière subtile que j’ai pu observer des changements tant dans ma vie que dans mon comportement. En effet, cette méthode m’a permis de structurer ma vie et de comprendre quel était le sens de ma vie sur terre. J’ai compris grâce au modelage que je pouvais me motiver, assumer mes choix et les conséquences de ceux-ci, gérer ma vie et surtout profiter de la vie…. 

Bref, vivre ma vie et non plus la rêver !

J’ai appris grâce aux divers outils de la méthode Davis que tu m’as enseigné à mettre mon incessant flux de pensées en position « off » ! Wow ! Pour la première fois, je parvenais enfin à observer mes pensées, mes émotions et tout ce qui m’entourait. J’ai ressenti un véritable plaisir et un grand soulagement de pouvoir y arriver. J’ai compris et surtout ressenti qu’une pensée n’était qu’une pensée et qu’une émotion n’était qu’une émotion. C’était magique ! Merci Betty ! Grâce à ton don extraordinaire, celui de sentir ce que je ressens et ce que je pense, je me suis enfin sentie comprise. Betty, tu m’as aidé et soutenue tout au long de l’évolution de mon état émotionnel grâce à la technique du TIPI, ce qui m’a permis de développer mon sentiment de sécurité. En effet, mon mental et mon corps sont désormais en parfaite harmonie.

Sais-tu ce qui m’a énormément surpris, Betty? J’ai finalement mis de l’ordre dans mes papiers, soit après un an de procrastination. J’ai progressé dans mon apprentissage de la langue anglaise et j’apprends avec plaisir et sérénité. Je me suis même inscrite au cours de néerlandais, chose que je n’aurai jamais pensé faire auparavant. Je rédige et je parle de manière fluide et structurée. Au fait, tu vas rire, mais mon psychiatre pense que que je n’étais pas TDA. De même, mes sentiments d’impuissance et de panique face à l’apprentissage ne m’envahissent plus et sont dorénavant gérables. Et puis, de toute façon, tu m’as enseigné comment gérer l’émotionnel, donc je ne suis plus effrayée par l’idée qu’un tsunami d’émotions m’engloutisse. Par ailleurs, je ne me mets plus de pression, car je me dis : " je fais ce que je peux",  en somme, je lâche prise. En effet, aujourd’hui, je suis capable de prendre du recul face aux situations qui me perturbaient autrefois.  C’est dingue ! J’ai repris goût à la vie, j’ai recontacté des amis que je n’avais plus vus depuis un an. En deux mots, je suis sereine et heureuse. Enfin, j’ai repris confiance en moi et j’ai postulé à nouveau de même que j’ai osé demander la raison pour laquelle ma candidature n’était pas retenue aux employeurs et je suis très fière de moi…

La vie est belle malgré tout ! JE REVIS ENFIN !

MERCI Betty !

 

L, 40 ans -  Programme "Graine de Génie",  pour "participer pleinement à la vie"

 

Bonjour Betty,  j''espère que tout va bien! Voila un peu de répit après cette phase de folie.

j'avais promis des retours, alors les voici ;-) désolée pour l’orthographe, mais je me dis qu'il vaut mieux des retours pas super bien écrits que pas de retours du tout ;-) 

Sur le moment, 'j’avoue que juste après les trois jours j'étais un peu perdue : la sensation d'y voir (plus) clair et en même temps des doutes: avons nous appris quelque chose? comment ces choses pourraient elles nous servir ? 

Mes changements: 

dès le soir même, après avoir couché les enfants, j'étais seule a la maison et j'ai commencé à ranger (comme souvent) le bordel de la journée, sdb, cuisine, chaussures etc. 

premier choc: après une heure, je désespère et râle sur tout ce qu'il y a faire et soudainement je réalise que je range exactement de la même façon qu'Exxxxx procédait pour faire son puzzle... c'est à dire : en me laissant guider par ce qui me tombe sous la main et non pas en gardant le focus sur ce que j'ai décidé comme organisation, et donc fatalement en m'éparpillant dans tous les sens ...  après deux heures, tout avait un peu bougé mais rien n'était vraiment rangé... frustration  et DECLIC ! c'est con mais depuis j'ai l'impression d'avoir fait un bond. Ces mots "bonne chose - bon état - bonne place -bonne position" ont été en boucle dans ma tête pendant des jours, j'ai l'impression que je change de fonctionnement. 

Je me suis résolue à avouer qu'un rangement de fond me serait également bénéfique à la maison. Bien sur avec la vie qui continue je ne peux pas me permettre d'arrêter tout pour ne me consacrer qu'à cela. Mais j'ai entamé le processus et quand j'ai deux heures je trie deux heures. Une merveille j'ai déja trié la cuisine, les vêtements des enfants, mes vêtements, les chaussures, le hall d'entrée, les livres et une bonne partie des jeux!!! mon homme est ravi ;-)

Au niveau moins matériel j'ai l'impression que y'a plus d'ordre dans ma tête, même si c'est la course tout le temps, j'arrive beaucoup mieux à me dire" laisse tomber ca pour le moment et fais le plus urgent, les choses dans l'ordre". j'ai l'impression que j'arrive à mieux me poser et à prendre les to do lists interminables avec plus de sérénité (une chose et puis l'autre et pas un tourbillon infernal dans lequel je me lance et que je subis). et quand par ailleurs je pars en vrille et que le résultat est que je ne fais plus rien parce que je me perds dans les projets, les idées etc ce derniers temps j'arrive à me poser, me ré-ancrer. Bref, c'est top!

les changement d’Exxxx: de façon moins évidente puisque je ne suis pas en lui, j'ai l'impression que chez Exxxxx aussi ces trois jours ont apporté leur lot de changements. 

d'abord je lui ai déjà demandé plusieurs fois ce qu'il retenait : le compteur d'énergie et son œil reviennent à chaque fois et j'ai l’impression que dans l'ensemble, quand on lui demande de se calmer, il se fâche moins, il est moins contraire; idem quand on lui dit de revenir parmi nous;  je crois que maintenant il a bien compris que parfois, il est trop haut ou trop loin. (je lui laisse l'utilisation de son oeil et de son compteur bien entendu)

Au niveau de l'ordre, rien vu de différent chez lui. Par contre, il y a un changement que je pense pouvoir attribuer au processus mais qui est assez imprévu et pas hyper facile a gérer, j'ai l'impression qu'il a pris confiance en sa valeur (ce qui est super) mais du coup il répond vachement, se défend et argumente (surtout face à son père). Au départ, on s'est dit "ouh llala mais qu'est ce que cette vague d'insolence soudaine?" mais dans le fond, on s'est dit que là enfin il s'affirme! et avec sa sœur aussi. alors dans la mesure du possible, on essaye de le laisser dire et faire. Et dans le fond, il n'exagère pas. 

A l'école c'est relativement gérable, pas de saut qualitatif pour autant. 

le dernier jour vous m'avez demandé si j'avais appris des choses sur Exxxx. Je vous ai dit que non. Je le pense toujours je le connais fort bien dans l'absolu, même si je pense que j'ai toujours un peu du mal à connaitre son potentiel (en relatif, par rapport aux autres) mais par contre ce qui est sur, c'est que ces trois jours nous ont rapprochés encore plus et qu'ils ont ouvert un espace de communication encore plus en confiance et d'ouverture complète entre nous deux; ce qui à mes yeux est d'une très grande valeur. 

Sinon j'ai lu avec beaucoup de plaisir le livre sur le don de la dyslexie de DAVIS. Je n'ai pas encore bien fait l’alignement avec la sœurette, je compte sur le calme (relatif) des vacances de Noël. On a commencé, elle distingue bien corps imaginaire et réel mais je dois poursuivre.